Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de disams62.over-blog.com

Le blog de disams62.over-blog.com

AVENTURE SUBANTARCTIQUE

 

 

...Certains ont longtemps cru et croient encore l'Ile de LA REUNION dans la mer des caraibes. D'autres, dixit Francis Blanche, ont cru la quenelle comme le poisson le plus mal connu de la faune marine. Je ne l'ai pas croisée ici non plus mais ai croisé une faune marine exceptionnelle dont j'en ignorais quasiment tout...

 

P8260050.JPG

 

La base a été construite en 1963 à 130 mètres d'altitude au pied du mont BRANCA. Elle a pris le nom d'ALFRED FAURE en 1969 (météorologue et chef de district de la mission 1961-1962).

 

 

 

Le lien des TAAF sur CROZETest généreux, voyez plutôt ICI

 

 

DSCF0395

P8260037.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

quant à la faune animale aperçue sur l'ile de la possession, elle m'a semblé exclusive, c'était la première fois que je découvrai une manchotière et ses milliers d'individus cernés par les prédateurs qui sont les SKUAS ou les PETRELS....

                                                                                                                               P8260045.JPG

MANCHOT-PAPOU.JPG

 

.... Mais la faune végétale n'est pas en reste ! l'AZORELLE est très présente....

 

Cette plante, de la famille des Apiacées , forme de grands coussins verts sur le sol de Kerguelen et de Crozet. Ces coussins sont en général hauts de 10 à 30 cm et peuvent atteindre plus de 2 m de diamètre pour les plus anciens. Les fleurs sont petites, d'un jaune verdâtre. On la trouve communément sur les plateaux rocailleux en altitude et sur les pentes douces des massifs montagneux. L'azorelle, tout comme le chou de Kerguelen, disparaît au profit de l'acæna sous la contrainte exercée par les lapins.

Croissance en coussin : la pousse de l'année forme une couche serrée qui vient surmonter celle de l'année précédente. Ce port particulier, qui s'observe également chez des plantes de montagne ou en Arctique, constitue une adaptation remarquable aux conditions rigoureuses, basses températures et vents violents. Les coussins d'azorelle peuvent dépasser 1 m d'épaisseur et des pieds voisins s'agréger en une nappe continue, particulièrement favorable à la nidification de certains pétrels à terriers. En revanche, les coussins d'azorelle sont fragiles et très sensibles au piétinement. Afin d'assurer la conservation de cette espèce, il convient donc aux randonneurs d'éviter de marcher sur ces plantes vulnérables dont certains coussins sont âgés de plusieurs centaines d'années !

AZORELLE.JPG