Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de disams62.over-blog.com

Le blog de disams62.over-blog.com

AVENTURE SUBANTARCTIQUE

 

 

 

 

 

Les hommes et les poissons ont ceci en commun que les grands hommes comme les grands poissons, ont tous disparu.  [Gao Xingjian]

 

 

La légine australe est une espèce de poisson des mers froides australes à forte valeur commerciale, appréciée pour sa chair blanche et fondante. C'est une espèce carnassière, qui peut atteindre une assez belle taille (plus de 2 m et plus de 80 kg) et vivre au-delà de 35 ans. Son mode de vie est essentiellement démersal : la légine vit généralement près du fond, depuis les faibles profondeurs jusqu'à plus de 2 000 m. La pêche et la consommation de ce poisson sont très récentes et ne datent que des années 1990, mais l'engouement commercial très vif a entraîné un braconnage important. On trouve la légine australe sur les plateaux sous-marins et autour des îles des régions subantarctiques.

 

legine-finie.jpg

 

un exemple de recette ici...

 

mais en carpaccio tout simplement, la légine n'en est pas moins délicieuse...

 

legine.jpg

           

LA PECHE A LA PALANGRE

 

 

 
 
Hameçons et lests sont rangés méticuleusement dans la caisse à palangres.
 
 

Appelées « lignes dormantes » par opposition aux « lignes vives » tenues en main par le pêcheur, ces palangres de fond sont abandonnées pour quelque temps au fond de l’océan.

Oh, jamais bien longtemps, et une heure suffit bien souvent pour réaliser le coup de pêche. D’ailleurs le « vif » armant alors les hameçons serait de bien peu d’efficacité passé ce délai. La particularité de cette technique réclame en effet que chaque hameçon soit esché d’un appât naturel bien vivant.

Les appâts possibles sont variés, crevettes bouquet, gobies, crabes enragés, dragonnets, crabes nageurs, mais l’appât « roi » est sans nul doute le lançon, ce petit poisson pélagique relativement abondant en zone côtière et pourtant bien difficile à capturer en quantités. Il faut au pêcheur être bon deux fois, une première fois pour pêcher l’appât et une deuxième fois pour pêcher le carnassier.

 Les palangres sont alignées sur les fonds meubles de sable coquiller en pièces de quelques dizaines d’hameçons répartis sur des potences fines tout au long d’une ligne maîtresse de bonne section A chaque extrémité, une ancre maintien l’ensemble en position et le tout est signalé  en surface par un ballon ou un pavillon bariolé.

Simple concession à la modernité, les bateaux sont en général équipé d’un vire-palangres, appareillage hydraulique constitué d’un ensemble de poulies et de renvois permettant d’emmagasiner les longueur de cordes et de ligne à moindre effort.